LA PAIX A UN PRIX.

Depuis toujours les hommes ont enseigné ce que coûtent les guerres, mais jamais ce que peut coûter la paix. D’un œil sur l’histoire d’Haïti, la paix a toujours été si difficile, si sournoise.

La démarche des intérêts personnels et l’incapacité d’imaginer l’équité et la survivance générale obligent à concevoir des méthodes propres menant à la survie ; physique, économique, sociale et politique. Nous voilà avant même Dessalines parmi ces premiers rebelles de notre histoire comme Padre Jean, le Cacique Henry et Mackandal et plus tard dans l’histoire Jean Francois, Biassou et autres sont allés négocier la liberté de 300 nègres jusqu’à accepter la contre-proposition des chefs blancs à la libération de 50 chefs rebelles. C’était le prix de la paix aux yeux de Biassou et de Jean François.



Plus tard avec les exactions perpétrées par Moise, neveu de Toussaint Louverture, massacrant les planteurs blancs du Nord et leurs familles. Toussaint intransigeant sur la solution malgré les pleurs de son épouse le fusilla dans l’espoir de garder cet idéal suprême de l’incarnation du chef et d’un homme qui ne déroge a aucun de ses principes même pas pour sa propre famille. Désireux de prouver son impartialité de juge suprême de la colonie, désireux de mettre en confiance les planteurs blancs face aux nouveaux libres. Tel a été le prix de la paix.



Avec l’ascension de Jean-Pierre Boyer et le problème de la reconnaissance internationale d’Haïti, Boyer déléguant les ambassadeurs vers cet Europe qui ne tenait pas à accréditer des nègres révoltés. Coincé entre cette menace internationale qui ne cessait d’accroître, fait signalé avec la venue des émissaires de Charles X. Les 150 millions de franc-or exigés par la France pour la reconnaissance de l’Indépendance d’Haïti, coup de grâce porté à l’Etat et indigne acceptation ; le peuple déjà pauvre a payé doublement sa liberté, par le sang et la sueur et enfin par l’argent. Boyer faisant un choix quelque peu impopulaire, a payé le prix de la paix.



Affaire Batch, Affaire Lüders, Affaire Rubalcava ou tant de fois la singulière nation haïtienne préféra le déshonneur en déliant la bourse et en saluant à coup de canon des intrusions etrangères. Tel a été pour Haïti tout au cours du 19e siècle le prix de la paix dans un monde où la tendance de l’utilisation de la puissance ne laissait guère place à l’humanisme des religions et des philosophies. 

Le 20e siècle annonçait les malheurs d’un pays failli, constamment en guerre, constamment déchiré entre des groupes armées (Cacos et Piquets), entre des factions politiques (le parti libéral et le parti national). C’est l’occupation américaine née le lendemain de l’assassinat de Vilbrun Guillaume Sam qui en supprimant le Parlement, l’opposition, Charlemagne Péralte, Benoit Batraville et presque 15 000 cacos qui amena une période d’accalmie par la soumission. Tel a été le prix de l’occupation, les 500 000 dollars or de la Banque Nationale, la disparition des Caco , l’Affaire Marchaterre, la corvée et la dépossession des paysans.



Des Duvalier à Aristide le même malheur, les coups-d’Etats, les soulèvements, les exils répétitifs. Il a fallu démobiliser les Forces Armées, créer une police, demander l’aide de l’ONU à travers là. Et sur la continuité entre les accusations de viols, d’abus et la pandémie du choléra. Tel a été le prix de la paix ! Pour voir ensuite l’impunité, le banditisme, la corruption avec l’Affaire PetroCaribe ,la contestation aux élections , et l’inattendu: la mort du président Jovenel Moise.




Le monde plonge au plus bas en cette année de 2021, Bachar Al-Assad est encore en tête de la Syrie ,l’Afghanistan est dramatiquement laissé par les forces de l’OTAN ,la Corée-du-Nord essaie encore ses missiles ,le président Alpha Condé est arrêté par les forces spéciales guinéennes ,l’opération Barkhane peine à donner des résultats ,Hong-Kong est encore sous tension face à la suprématie chinoise ,Taiwan joue des mains et des pieds pour garder la grande Chine à distance ,les palestiniens souffrent encore des exactions de Tsahal et se font expulser par l’Accord du Siècle prôné par Donald Trump, la guerre continue en Ukraine. 

Pour les 76 ans de la victoire (débarquement des alliés en Normandie lors de la Grande Guerre) et aujourd’hui pour la journée mondiale de la paix telle est la configuration de notre monde. La paix comme la guerre se paient, entre honneur, honte, pillage, richesse et pauvreté et Haïti par-dessus tout semble toujours faire le mauvais choix.

#sakapfetokap #okap #haiti #caphaitien #liberté #freedom #paix #peace #ayiti #firstblacknation #democracy #war #quiet

Alandy BLAISE

The Walking Dead

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s